Séance de séminaire du 12 décembre 2016

Lundi 12 décembre 2016

17h00-19h00

(MDR 2.41)

Programme

Dans le cadre du thème « Ré-écritures, adaptations littéraires, édition et traduction », la séance du séminaire Britaix sera consacrée à la présentation d’une co-traduction réalisée par Nathalie Bernard (Université d’Aix-Marseille, LERMA) et Emmanuelle Peraldo (Université Jean Moulin-Lyon III, IETT). L’ouvrage, à paraître en 2017 aux éditions Classiques Garnier, s’intitule Daniel Defoe, La Grande Tempête. Traduction, introduction critique et notes. Il s’agit de la première traduction en français de The Storm (1704), texte que la critique s’accorde à reconnaître comme le premier livre de Daniel Defoe, quelque quinze ans avant la parution de Robinson Crusoé (1719).

La séance prendra la forme d’une communication à deux voix sous le titre « Lire et traduire The Storm, ou entrer dans le laboratoire d’écriture de Daniel Defoe : entre récits scientifique, journalistique, historique, et fictionnel ».

Les intervenantes prendront tour à tour la parole pour présenter leur travail commun d’édition et de traduction : à la présentation des données factuelles concernant la tempête de 1703 et la situation biographique particulière de Defoe au moment de la rédaction de The Storm succèdera une réflexion sur les caractéristiques d’un texte à la croisée de plusieurs influences, préfigurant par son thème et son traitement les grands romans ultérieurs de son auteur.

Intervenantes :

Nathalie Bernard, membre du LERMA, est Maître de conférences en littérature britannique et traduction à l’Université d’Aix-Marseille. Elle a publié plusieurs articles sur le récit de voyage ainsi qu’une traduction et une co-traduction :

Le Journal d’un voyage de Londres à Lisbonne (1755), de Henry Fielding. Traduction de Nathalie Bernard, Préface de Jean Viviès, collection « Écritures du Voyage », Presses Universitaires de Provence, 2009. 186 p.

Lettres de Scandinavie de Mary Wollstonecraft. Traduction et critique de Nathalie Bernard et Stéphanie Gourdon, collection « Textuelles Écritures du voyage », Presses Universitaires de Provence, 2013. 189 p. (Prix de la Recherche Selva 2014).

Emmanuelle Peraldo, membre de l’IETT (Institut d’Etudes Transtextuelles et Transculturelles) est Maître de conférences en littérature britannique du xviiie siècle à L’Université Jean Moulin-Lyon III.

Spécialiste de l’écriture de l’Histoire et de l’espace dans l’œuvre de Daniel Defoe, auteur de nombreux articles et d’une monographie sur cet auteur, elle a notamment publié en début d’année une traduction d’un autre texte de Daniel Defoe, un long poème sur l’Écosse : Caledonia, Éditions Honoré Champion, 2016).