Vivre sa religion dans la clandestinité

Exceptionally, this session will be in French. 

Le séminaire BRITAIX 17-18 est heureux de vous convier à sa prochaine séance sur la religion vécue, qui se tiendra le lundi 6 mars 2023 de 16h30 à 18h30, en Zoom.

Vous pouvez aussi nous rejoindre par Zoom, via notre page Eventbrite.

Séance « Vivre sa religion dans la clandestinité »

Laurence Lux-Sterritt, « Continuité et adaptations : la religion vécue des catholiques du XVIIème siècle. »

Durant le long règne de la reine Elisabeth I (1558-1603), le parlement met tout en œuvre pour imposer l’uniformisation des croyances et des pratiques, sous l’égide de la nouvelle Église anglicane réformée. Le royaume se dote d’un arsenal pénal sévère, pour invisibiliser les catholiques qui demeurent. Les professions les plus prestigieuses leur sont interdites, les déplacements et les réunions également. Officiellement, ils n’ont plus ni lieux publics où pratiquer, ni prêtres, livres ou objets sacrés pour accompagner leur dévotion. Dans ce contexte hostile, les catholiques qui refusent de se conformer entrent peu à peu dans une logique non plus de simple résistance mais d’adaptation et de transformation. Pour que la foi perdure, ils développent des pratiques plus souples, plus personnelles. Tandis que la religion est vécue loin du contrôle des clercs, elle prend des formes parfois insolites.  En terre anglicane, les catholiques créent de nouvelles façons de vivre leur religion de façon secrète et militante à la fois. Cette communication explorera la vie dévotionnelle et la religion vécue des catholiques anglais et gallois, et plus particulièrement les pratiques des familles au sein desquelles une ou plusieurs filles sont plus tard devenues religieuses. Dans les foyers où elles ont grandi, comment vivait-on sa religion dans la clandestinité ?

Laurence Lux-Sterritt est Maitresse de Conférences HDR en civilisation britannique et spécialiste de la période moderne au sein du Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone (LERMA, UR 853).

Anne Dunan-Page, « De la clandestinité à la tolérance : meeting-houses, domesticité et sociabilité au XVIIIe siècle »

Depuis la Réforme, les diverses formes de dévotion domestique pratiquées par ceux qu’on appelait des non-conformistes en dehors de l’Église d’Angleterre, qu’ils soient protestants ou catholiques, alimentaient des peurs religieuses et politiques autour du « conventicule ». Plus ou moins tolérés tout au long du XVIIe siècle, certains puritains et puritaines, en particulier, construisirent leur identité religieuse, et, plus tard, institutionnelle, autour de rencontres privées qui se déroulaient dans une ou plusieurs pièces de leurs propres maisons, tout en investissant en parallèle, pour les prêches, des lieux publics, des tavernes ou des bâtiments loués à des corporations professionnelles. À partir de 1660, ces rencontres devenant interdites, les non-conformistes se replièrent une fois de plus dans des espaces privés jusqu’à ce que la loi de Tolérance de 1688 autorise officiellement les lieux de culte protestants. Dans cette intervention, j’examinerai tout d’abord les questions qui se posent lorsque la religion investit le foyer et les conséquences en termes de perception d’un espace personnel, intime, celui de la maison, qui devenait un espace social, celui de la congrégation. Ensuite, plutôt que d’examiner les le culte clandestin jusqu’en 1689, je souhaiterais me positionner précisément au moment où la loi autorisa le retour dans des lieux spécifiquement dédiés à l’exercice de la religion. Grâce à des documents d’archives peu connus (baux, actes de propriété, contrats avec des artisans, trusts, inventaires mobiliers…), je tenterais de montrer que les non-conformistes pensèrent d’emblée leurs nouveaux lieux comme des complexes semi-privés – toujours appelés meeting houses – où coexistaient espaces publics et espaces privés, matérialisant ainsi une continuité profonde avec leur héritage domestique. Cette enquête permettra de poser les jalons d’une étude à venir sur les fonctions sociales des chapelles du XVIIIe siècle que les autorités persistaient à ne pas traiter comme des « églises ».

Anne Dunan-Page est Professeure d’Études Anglophones à Aix-Marseille Université et membre du Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone (LERMA, UR 853).

Retrouvez-nous sur
Notre compte Twitter : https://twitter.com/Britaix17_18
Notre chaine YouTube : https://www.youtube.com/channel/UCXmQQ3wq7sx6jhj1TB-2E_g



Cite this blog post
Laurence Lux-Sterritt (2023, February 8). Vivre sa religion dans la clandestinité. Britaix 17-18 - Seminar on the early-modern anglophone world (Aix-Marseille University, LERMA, UR 853) . Retrieved May 30, 2024, from https://doi.org/10.58079/m58f

You may also like...

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search